Besoin d'infos, d'un conseil ou d'un rendez-vous? Contactez-nous...

estellemazy@hotmail.com

+32 (0)42235120

à la permanence d'accueil

Lundi : 11h-19h
Mardi  : 13h - 17h
Mercredi : 9h - 16h
Jeudi : 13h - 17h
Vendredi : 9h - 13h

Historique de l'IVG

L'avortement ou interruption volontaire de grossesse (IVG) est dépénalisé par la loi en Belgique depuis le 3 avril 1990. Toute femme enceinte, que son état place en situation de détresse, a le droit de demander une interruption de grossesse.

Historiquement, la première loi belge sur l'avortement apparaît en 1867. Elle interdit tout avortement sans aucune exception.

En 1962, création du premier centre de planning familial en région francophone. Certains commencent alors discrètement à pratiquer dans de bonnes conditions médicales l'interruption volontaire de grossesse et font valoir le risque pour la mère.

En 1973 a lieu l’arrestation du docteur gynécologue Willy Peers placé en détention préventive pour avoir pratiqué des IVG à la Maternité Provinciale de Namur. Cette arrestation ouvre un débat public sur la démocratisation de l’IVG. Peers est libéré et après de multiples débats, la Belgique vote un avant-projet en faveur de la dépénalisation, mais aussi en faveur de l'information et de la publicité sur la contraception.

Durant les années 70, les Comités pour la Dépénalisation de l'Avortement organisent de nombreuses "grandes" manifestations nationales.

Entre 1978 et 1986 naîtront de nombreuses propositions de loi qui vont se succéder sans aboutir.

En 1990 la loi aboutira sur la dépénalisation de l’avortement. Celle-ci intervient donc au terme d'une longue procédure parlementaire et se clôture par - fait exceptionnel - "l'impossibilité temporaire de régner" du Roi Baudouin qui estima, en son âme et conscience, ne pouvoir signer la loi.

La loi de 1990 n'autorise pas l'avortement mais suspend les poursuites légales si un certain nombre de conditions sont remplies.